Dès mai 2022 pour les nouveaux véhicules et 2024 pour les voitures d’occasion, les boîtes noires vont devenir obligatoires. Ces appareils, aussi appelés “enregistreurs de données d’événement” enregistreront les paramètres de conduite quelques secondes avant l’accident.

Cet enregistreur devrait renforcer la sécurité des routes, mais va aussi représenter un coût supplémentaire. On peut donc craindre qu’il fasse également grimper les cotisations d’assurances.

Les boîtes noires vont devenir obligatoires dans les voitures dès mai 2022

Une boîte noire, comme dans les avions. Ou comme, depuis 2015, dans les voitures américaines. Les véhicules neufs vendus en Europe auront l’obligation de comporter ce type de dispositif à partir de mai 2022. Une directive de la commission européenne qui concernera également ceux d’occasion en mai 2024.

Ces dispositifs devront mémoriser “toute une série de données anonymisées cruciales du véhicule”, selon le texte. Les auteurs du règlement expliquent que disposer de données quelques secondes avant pendant et après un accident peut aider à améliorer la sécurité routière.

En la matière, les pays dans lesquels ces boitiers existent déjà affichent des résultats encourageants. Aux États-Unis, par exemple, les pouvoirs publics ont mesuré une baisse de 20% des accidents depuis cinq ans (Outre-Atlantique, ces enregistreurs existent depuis 2006). Le raisonnement se veut limpide : sachant que leur comportement au volant est enregistré, les automobilistes seront amenés à être plus prudents.

Pourtant, il demeure deux angles morts qui échappent à l’enregistreur de données d’accident : ce dernier ne peut déterminer si le conducteur était au téléphone ou état d’ébriété. Or, ces deux aspects sont déterminants dans un grand nombre d’accidents.

Le dispositif permettrait enfin de réduire les délais de justice, parfois très longs lorsque les parties se rejettent la responsabilité. Tout comme son coût. « Dans certaines affaires, on se retrouve aujourd’hui avec trois expertises à 5 000 euros chacune et quatre ans de procédure, sans finir par connaître la vérité », se désole Philippe Courtois. Une chance pour les victimes et leurs proches, mais pas pour le travail des assureurs, puisque ces données ne leur seront pas transmises.

Augmentation ou baisse des cotisations d’assurances ?

Côté assurance également, la question qui se pose est celle de l’augmentation ou de la diminution des primes d’assurances auto suite à cette nouvelle obligation. D’un côté, l’installation de ce nouvel équipement représentera un coût supplémentaire, qui augmentera la valeur des véhicules.

Pour équiper un véhicule d’occasion, par exemple, le prix devrait tourner autour d’une centaine d’euros, sans compter celui de la main d’œuvre nécessaire pour mettre le boitier en place. Or, comme on le sait depuis quelques années, un parc automobile qui monte en gamme en termes d’équipements est plus cher à assurer, car plus cher à réparer, et les cotisations d’assurances auto augmentent mécaniquement :

« Les constructeurs ont d’ores et déjà annoncé que le prix à l’achat serait plus élevé. La logique est implacable si la valeur du véhicule est plus importante, il pourrait être plus onéreux de l’assurer », rappelle Olivier Moustacakis, co-fondateur d’Assurland.

D’un autre côté, il est aussi possible d’espérer une baisse des cotisations auto sur le plus long terme, en raison de la baisse de l’accidentalité, si cette dernière est bien au rendez-vous. Si les assureurs ont moins d’accidents à indemniser grâce à ce nouveau dispositif, ils feront des économies, et pourront en profiter pour faire baisser le prix de leurs assurances.

Des équipements supplémentaires deviennent également obligatoires sur d’autres catégories de véhicules comme les camionnettes :

  • systèmes de freinage d’urgence avancés capables de détecter les véhicules à moteur se trouvant devant eux ainsi que les usagers vulnérables de la route, tels que les piétons et les cyclistes;
  • systèmes d’urgence de maintien de la trajectoire;
  • zones étendues de protection contre les chocs de la tête destinées à atténuer les blessures en cas d’accidents avec des usagers vulnérables de la route, tels que les piétons et les cyclistes

Que ce soit pour un devis assurance voiture, 2-roues, habitation, santé, le cabinet Boyer se tient à votre disposition pour toute demande de devis. Remplissez le formulaire ci-contre pour être contacté rapidement.

Formulaire de contact